Hymne du MLF (Dictionnaire personnel du féminisme)

aussi nommé l’Hymne des femmes

L’hymne du MLF est une composition écrite originellement par un collectif de femmes lors d’une assemblée générale qui était, selon Josée Contreras, «destinée à préparer le rassemblement du 28 mars 1971 […] en mémoire et à l’honneur des femmes de la Commune de Paris». L’hymne fut chanté durant la première grande manifestation du MLF le 20 novembre 1971.

S’inspirant de l’air du Chant des Marais chanté par les déportés juifs lors de la seconde guerre mondiale, la composition est probablement l’air féministe francophone le plus connu et est aujourd’hui encore chantée lors de divers manifestations et rassemblements féministes. Originellement connu sous le nom éponyme des premiers vers de « Nous qui sommes sans passé », la chanson est devenue l’hymne du MLF suite à sa forte association avec le mouvement.

La première mise à l’écrit publiée de l’hymne paraît dans la revue « menstruel » Le Torchon brûle n°3 (en 1971 ou 1972) avec deux autres chansons.

Depuis sa création, l’hymne a connu plusieurs variations : l’air peut changer selon les performances (tout en gardant en tête celui du Chant des Marais), il y a eu des ajouts de couplets et des modifications dans certains d’entre-eux ; de plus, certaines partitions proposent aussi un air chanté pour les hommes.


Lecture recommandée:
Le Hall de la Chanson, « 40 ans de MLF en chansons ». En ligne.

Partition originelle de l’Hymne du MLF:
d’après la revue Le Torchon brûle n°3. Partition, Paroles.

Vidéo recommandée:


Cette entrée fait partie d’une série.
Cliquez ici pour plus de définitions

Publicités

2 réflexions sur “Hymne du MLF (Dictionnaire personnel du féminisme)

  1. dire que nous ne savions pas que l’air sur lequel nous chantions notre hymne était le chant des marais, et que le chant des marais était né chez les résistants anti nazi allemands internés, dès 33… c’est presque insultant! Les femmes ne sont pas nécessairement ignorantes!!! Le « Börgermoorlied » a une histoire connue, non mais!

    • Bonjour,

      Par cette formulation (maladroite j’en consens, je vais tâcher de la reformuler très prochainement), je fais allusion aux propos de Josée Contreras qui mentionne:
      « Pour l’Hymne, c’est moi (du moins me semble-t-il) qui ai proposé un air que j’avais appris ado en colonie de vacances et que j’ignorais être Le Chant des marais. Plusieurs participantes le connaissaient également et, la musique étant facile à retenir, nous avons aussitôt entrepris de lui donner un texte. Je ne crois pas qu’à ce moment-là aucune de nous ait su que nous étions en train de détourner un chant (Le chant des marais) qui portait une tragique charge d’histoire »
      (Source: http://www.lehall.com/evenement/femmesenchansons/mlf/mlf_01.htm, il s’agit de la lecture reommandée en bas de l’article).

      Mon intention n’était absolument pas de présumer de l’ignorance des femmes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s